Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2017

Le dernier royaume (4) : les ombres errantes

Nommez ce qui est précieux. Triez, affinez, cernez, puis, dénommez ce qui est au-delà du précieux. L'intime est hors-jeu, évidemment. Aucun écrit ne sera jamais aussi précieux que le corps, la parole, la présence des êtres aimés. 

Toutefois, il est des penseurs qui s'approchent assez près de notre firmament affectif pour revêtir le temps de trois lignes les oripeaux du père, du frère... Et même un peu plus, ce soir, Pascal Quignard est un ami, un confident... Le dernier royaume, vol.1, Les ombres errantes.

 

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie.

22/06/2017

Le dernier royaume (3)

Vous avez chaud. Votre pensée est fondue dans le bitume. Un ailleurs s'impose. Eteignez la lumière, larguez les amarres, musique, arpèges orientaux ( Satie en Orient, absolument). Un temps, d'avant les temps des Hommes, surgit d'entre les pages du Dernier Royaume de Pascal Quignard, un dyptique mer/montagne que nous réunirons ici pour entrouvrir une fenêtre sur un univers de pures sensations, au creux de la nuit...

 

Les nuages noirs dans le ciel, comme ils se déchiraient, la voûte bleue parut soudain dans un état de nudité dont il m'est difficile de donner l'idée. Le bleu était frais et luisant au fond du ciel noir.

 

La mer était sans écume, lissée, extrêmement brillante, resplendissante. Chaque vague était comme une grande tuile d'or qui s'élevait, qui avançait.

 

 

28/05/2017

Le dernier royaume (2)

Vous écrivez, vous composez, vous créez... Peut-être parfois écoutez-vous "Hurt", dans sa version originale ( Nine Inch Nails), ou bien celle, intemporelle, de Johnny Cash, ou mieux encore, celle de Youn Sun Nah, la plus incarnée... Vous songez à la postérité, aux flux du temps, et certains soirs, c'est peut-être la matière noire qui vous attire, le trou béant du néant... bref, vous doutez, fortement... Aussi, peut-être est-il temps de relativiser, et Pascal Quignard, encore une fois, paraît porteur d'un raisonnable faisceau d'espoir... Ne pensez plus, vivez...

Le Dernier royaume, vol.1, Les Ombres errantes, chap. XI

Chaque oeuvre est comparable à un pan de roches s'écrasant dans l'eau; chaque saison de même; des cercles s'y propagent; ils se perdent dans le futur qui s'y répète comme dans le passé qu'ils inventent; ils sont perdus mais ils ne sont pas disparus;

ils ne sont pas disparus que déjà une autre pierre tombe comme la

terre elle-même jadis est une pierre tombée dans l'espace,

y vécut peu à peu dans la lumière et l'eau, les fleurs, les oiseaux et les rêves, le langage, la mort,

y disparaîtra.

 

21/05/2017

Le dernier royaume (1)

Où se love le mystère d'une rencontre ? Dans quel ourlet de la mémoire repose un visage connu, un corps évident, une voix reconnue ?

Il en va de même des livres... Pascal Quignard, parallèlement à son travail de romancier, mène depuis quinze années une oeuvre unique, improbable, réunie en neuf volumes à ce jour sous le titre Le dernier royaume.

Précis esthétique, poétique, philosophique, rhétorique, cette suite de fragments est avant tout, et surtout, une de ces oeuvres dont les lecteurs peuvent dire un jour, avec la plus grande sincérité, qu'elle leur a sauvé la vie...

Extrait du Dernier royaume, volume 1 : Les Ombres errantes.

 

Qui n'aime ce qu'il a aimé ? Il faut aimer le perdu et aimer jusqu'au jadis dans le perdu.

Jusqu'au jardin dans l'extinction de la nature et jusqu'au Paradis dans le Jardin.

Il faut aimer le manque et non pas à chercher à s'émanciper de lui.

Il faut aimer la différence sexuelle;

aimer la nudité dans les orifices de la nudité;

aimer la perte.

Il faut adorer le temps.