Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2018

Combat

Parce que poète de langue française nous parlant d'outre-atlantique et des rives du St Laurent, le territoire poétique de Gaston Miron est mâtiné de mots dont le sens a été oublié dans nos contrées à la langue appauvrie... Avant lecture, trois définitions :

garrocher = lancer, jeter

maganer = endommager, abîmer, maltraiter

babiche = lanière de cuir

Le reste relève de la langue du combat, de la colère... le reste se passe de commentaires... le reste devrait être en nous à tout instant... pour que riment humanité et liberté.

Gaston Miron, extrait de Séquences, in L'homme rapaillé.

 

Vous pouvez me bâillonner, m'enfermer

je crache sur votre argent en chien de fusil

sur vos polices et vos lois d'exception

je vous réponds non

je vous réponds, je recommence

je vous garroche mes volées de copeaux de haine

de désirs homicides

je vous magane, je vous use, je vous rends fous

je vous fais honte

vous ne m'aurez pas vous devrez m'abattre

avec ma tête de tocson, de noeud de bois, de souche

ma tête de semailles nouvelles

j'ai endurance, j'ai couenne et peau de babiche

mon grand sexe claque

je me désinvestis de vous, je vous échappe

les sommeils bougent, ma poitrine résonne

 

J'ai retrouvé l'avenir

 

29/12/2017

Un chant d'amour

Tout ce que vous lirez dans ce qui suit est absolument authentique et poigne le coeur. Et cela n'a peut être jamais été aussi bien exprimé que sous la plume de Gaston Miron.

Oui, tous les poètes, hommes et femmes, ont rendez-vous à l'aube, depuis la nuit des temps, avec une sereine désolée. Couple à la vie, à la mort... Jamais mariage de raison, et on ne parle même pas de passion : la poésie, autant dire la vérité nue, n'est que vitale nécessité... ça blesse autant que ça jouit, c'est un baume sur la vie, c'est un chant d'amour, ce n'est rien d'autre et c'est tout ce qui compte... L'amour, des êtres, des mots...

Ma désolée sereine, extrait de L'homme rapaillé.

 

Ma désolée sereine

ma barricadée lointaine

ma poésie les yeux brûlés

tous les matins tu te lèves à cinq heures et demie

dans ma ville et les autres

avec nous par la main d'exister

tu es la reconnue de notre lancinance

ma méconnue à la cime

tu nous coules d'un monde à l'autre

toi aussi tu es une amante avec des bras

non n'aie pas peur petite avec nous

nous te protégeons dans nos puretés fangeuses

avec nos corps revendiqués beaux

et t'aime Olivier

l'ami des jours qu'il nous faut espérer

et même après le temps de l'amer

quand tout ne sera que mémento à la lisière des ciels

tu renaîtras toi petite

parmi les cendres

le long des gares nouvelles

dans notre petit destin

ma poésie le coeur heurté

ma poésie de cailloux chahutés